Hello Mr President !

Ça y est, après des mois d’un Choi Gate rocambolesque, la Corée du Sud a un nouveau président. Et quel président ! Ancien perdant des élections de 2012, premier démocrate élu face à une pléiade de conservateurs, prisonnier politique sous la présidence de Park Chung-hee (ni plus ni moins que le père de Park Geun-hye, la présidente déchue, suivez mon regard…)… Autant de facteurs présidentiables qui ont catapultés Moon Jae-in en tête des sondages durant toute la campagne. Maintenant qu’il est élu, saura-t-il répondre aux attentes des coréens ? Correspond-t-il véritablement au leader que les coréens cherchent ou est-il le candidat par défaut sorti du lot des « candidats sorti de la poubelle » ? 

Le candidat Moon Jae-in, fraichement élu le 9 mai 2017. Kim Kyunghoon/REUTERS

Un système électoral particulier

20170509060654_1060476_600_350

Les citoyens élisent leur candidat en tamponnant un sceau / The qoo

Le président sud-coréen est élu au suffrage universel direct pour un mandat unique de 5 ans. Des conditions drastiques aux regards de notre mandat renouvelable après un élection au second tour. Néanmoins les Coréens partagent avec les Français le dégoût assumé pour leurs présidents. Surtout quand ce dernier a tendance à abuser du pouvoir entre ses mains ! Depuis 1945, la Corée du Sud a connu 6 Républiques, un turn-over orchestré par de nombreux coups d’états, prise de pouvoir militaires et dictatures en tout genre jusqu’en 1988. Afin d’éviter de nouveaux travers, la République de Corée du Sud affirme dans son système électoral un mandat court (pour éviter la casse) et un système à un tour. Petite anecdote : les candidats doivent avoir au moins 40 ans pour se présenter à l’élection, l’idée d’un Macron coréen est encore loin !

Une sortie de route tourmenté

South Korea Politics

La présidente déchue Park Geun-hye emmené en prison le 31 mars 2017 / Kim Hong-ji (AP SIPA)

Autant dire que le Choi Gate (1) a été un retournement complet de l’appareil politique sud-coréen. Si Roh Moo-hyun avait échappé de peu à sa destitution en 2004 (il a été rétabli par la Cour Constitutionnelle), Park Geun-hye devient officiellement le premier président coréen destitué. A ce vide présidentiel est venu le temps des élections anticipées, réunissant selon les paroles d’un commentateur politique avisé des « candidats sortis de la poubelle ». Le contexte de ces élections est une aubaine pour tous les candidats de gauches qui voient dans ce tohu-bohu un moyen de se frayer un chemin jusqu’au pouvoir. Le mandat à la poigne de fer de Park Geun-hye et le scandale politico-économique dans lequel tous les chaebols se sont trempés les mains ont achevé la confiance des coréens envers le parti conservateur. 14 partis (!), plus un candidat indépendant, ont proposés le meilleur poulain de leurs écuries.

Un candidat idéal (ou presque)

South_Korean_presidential_election_2017.svg

Les pourcentages de vote : en bleu Moon Jae-in (parti Démocrate), en rouge Hong Jun-pyo (parti Conservateur).

A la destitution de Park Geun-hye, Moon Jae-in a du se retrouver propulsé dans un scenario à la « House of Cards », lui le candidat malheureux d’une élection où la population l’a préféré à la fille de leur ancien dictateur chéri, promettant le retour du miracle du fleuve Han. Ancien avocat défendant les droits de l’homme, Moon Jae-in glane les bons points du candidat idéal : ancien circonscrit militaire (Lee Myung-bak, président de 2008 à 2013, a utilisé à son époque une excuse médicale bidon pour être réformé du service militaire), victime lui même des lois du père Park, bras droit du président Roh Moon-hyon et de la Sunshine Policy (politique de rapprochement avec la Corée du Nord à la fin des années 1990). Pour autant, sa victoire n’est pas l’éclatante revanche qu’il serait en droit de savourer. Avec seulement 41,1% des voix, Moon Jae-in est le président le moins plébiscité du pays : Park Geun-hye avait récolté 51,6 % des suffrages en 2013 et son prédécesseur Lee Mung-bak 48,7 % en 2008, malgré un taux d’abstention record. Le morcellement des partis a nivelé les résultats de chaque candidat réduisant Moon Jae-in à la tête d’un État qui lui est, étrangement, majoritairement défavorable.

Les défis qu’ils l’attendent

B9710208676Z.1_20161112151744_000+G077VLNBE.3-0

Les sud-coréens se sont rassemblées en masse pour faire tomber la présidente Park Geun-hye et exprimer leur ras-le-bol des travers politiques / JEON HEON-KYUN – AFP

Par quoi on commence ? Chômage des jeunes, crise avec la Corée du Nord, surendettement des foyers, protection des seniors, affaiblissement des chaebols, relations commerciales avec la Chine, THAAD… Autant dire que le nouveau président doit attaquer de fronts de nombreux sujets! Élue par une génération nostalgique de la réussite économique du pays sous Park Chung-hee, la présidente déchue n’a pas su inverser la vapeur et a laissé dans les rues de Séoul plus d’un million de protestataires (2) que Moon Jae-in va devoir satisfaire. Président modéré aux velléités de contact avec la Corée du Nord, il va devoir se différencier de son mentor Roh Moo-hyon et apporter des résultats concrets à un peuple qui n’en peux plus d’étouffer sous le poids d’une Corée qui cherche désespérément à vivre à l’échelon international.

A l’heure où nos présidents respectifs viennent d’être élu, ce n’est pas tant leur programme ou leurs premiers actes qui intéressent, mais qui les entourent. Choi Young-jae, le garde du corps du président, affole la toile avec son regard sombre et son visage d’ange (3). Une attention des internautes qui éclipse de manière agréables les enjeux qui les attendent…


  1. https://www.youtube.com/watch?v=-pJxYFrnqh4
  2. http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20161203-coree-sud-manifestation-record-contre-park-geung-hye
  3. https://www.koreatimes.co.kr/www/nation/2017/05/356_229217.html
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s